l'église Saint-Roch, toute en inaccompli

Eglise saint roch panoramio 4Comme Antigona et Eusebio avancent en direction de...

l'église Saint-Roch de Montpellier.

 

"L'église Saint-Roch, sise au bout de la rue, semblait les attendre depuis toute éternité, patiemment juchée sur son parvis élevé ; l'étroitesse de la voie ne donnait à voir de l’édifice que son seul portail d'entrée mais, au fil des pas, deux latéraux se dessinèrent de chaque côté, dans une symétrie parfaite, laissant préjuger une façade des plus imposantes. Toutefois, avant même d'arriver sur la place, Antigona pressentit que ses attentes seraient déçues : de fait, les deux tours flanquant le portail central ne projetaient pas de flèche vers le ciel, les niches n'abritaient aucune statue, ni les tympans aucun bas-relief, les gargouilles n'avaient pas dépassé le stade de la pierre brute et, simples excroissances issant au-dessus de la grande rosace, elles en paraissaient, étrangement, plus menaçantes encore ; quant aux voussures, qui reposaient sur de délicates colonnettes, aux frises et autres haut-reliefs, ils ne parvenaient pas à eux seuls à racheter l'architecture de cet inachèvement. Dernier constat, pas le moins cruel : les lignes de la façade, qui, de loin, avaient paru antiques, révélaient une jeunesse néo-classique. On ne se trouvait pas face à une mère vénérable, mais devant une adolescente encore en quête d'identité, toute en inaccompli."

Pascal Houmard, "L'affaire Saint-Roch", éd. Mon Village, 2018, pp 141-142

Les commentaires sont clôturés