Pour le maître (Pro domino)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L'année des consuls Junius Silanus et Silius Nerva 

s'ouvrit sous d'affreux auspices…

Iunio Silano et Silio Nerua consulibus 

foedum anni principium incessit

Tacite, Annales, IV, 68
 

 

Personnages principaux

*PubliusTitius Sabinus : chevalier romain, client d’Agrippine,préfet des vigiles

Sullivia : jeune esclave d’origine gauloise, propriété de Sabinus

Kaéso Murcius Ménécratès, affranchi de Tibère, préfet des véhicules. ami de Sabinus

*Séjanus (Lucius ÉliusSejanus), chevalier romain, préfet du prétoire

*Agrippine l’Aînée (Agrippina major), veuve de Germanicus, belle-fille de Tibère et mère de Gaius Julius Caesar Germanicus (Caligula) et d'Agrippine, mère de Néron

*Tibère (Tiberius Cæsar Divi Augusti Filius Augustus), successeur d’Auguste aux affaires de Rome de14 à 37après Jésus-Christ

*Latinius Latiaris, sénateur et ancien préteur

*QuintusNaevius Macro, ancien chef des vigiles, puis tribun du prétoire : chef des prétoriens de 31 à 38 après Jésus-Christ

Aélia Gabia Falconilla : jeune patricienne, fille du sénateur Falco et de Sulpicia

*Lucius Caécilius, banquier de Pompéi

Strychès : médecin des vigiles, affranchi de Sabinus

Quintus Aufidius, tribun de la cinquième cohorte des vigiles

Titia et Sabina, filles de Titius Sabinus

Actis, lévrier femelle, vertrague celte, propriété deTitius Sabinus

 

Lespersonnages historiques sont précédés d’un astérisque.

Les éléments historiquement avérés sont soulignés.

 

 

 

 

 

Prologue



 

"Accrochée à son maître, elle continue de dériver le long du Tibre.

Si l’eau est glacée, le courant, lui, n’est pas trop fort et elle entreprend une nouvelle fois de ramener à la surface le visage de son maître, ce qui la force à s’immerger entièrement. Dès qu’elle reviendra à la surface pour respirer, elle ne l’ignore pas, sa tête à lui retombera sous l’eau. Et il faudra recommencer, jusqu’à ce qu’il reprenne conscience.

Cherchant désespérément de l’aide, elle jette des regards terrifiés et des plaintes mouillées aux badauds qui, depuis l’une et l’autre rives, depuis le pont surtout, regardent les flots les emporter, comme on observe un oiseau s’envoler, des flammes s’élever ou s’abattre la pluie.

À cette différence près que l’oiseau s’élance vers la liberté, que les flammes réchauffent les hommes et que la pluie abreuve la terre, alors qu’elle et son dominus évoluent vers les chaînes, le froid et la mort. Car bientôt elle ne pourra plus lutter contre ce fleuve, dont elle n’a jamais aimé l’eau verdâtre, au temps où tout allait bien.

Temps de bonheur qui paraît si loin aujourd’hui !"

 

Ce roman, qui se base sur des faits historiques, est en cours d'élaboration. 

Son achèvement est prévu pour le 2e Semestre 2019.

Les commentaires sont clôturés