missbook85

La Surnommeuse

LE  PAR MISSBOOK85DANS POLARROMAN

CVT_La-Surnommeuse-les-Enquetes-de-la-Commissaire-Crys_105

Elle ne peut s’empêcher de trouver un surnom à chaque personne qu’elle rencontre. L’inspectrice en chef Antigona Krestaj, appuyée de ses Sept Samouraïs doit élucider un meurtre au cœur de la Suisse. Je remercie les Editions Mon Village et Pascal Houmard, son auteur, pour la découverte du premier volet des enquêtes de Crystal « La Surnommeuse » paru en 2017.
Le corps de Vincent Alignac, un écrivain fantôme, est retrouvé sans vie. Lorsque l’inspectrice Krestaj arrive sur les lieux avec son équipier, elle reconnaît celui qui lui a fait découvrir la littérature à bord de son bibliobus – son « negrivain clandestin » -, lorsqu’elle est arrivée du Kosovo avec son père.
p. 23   » Sa maman était morte au Kosovo, victime de la répression serbe, alors qu’elle manifestait avec des milliers d’autres Albanais dans l’espoir que la province devienne une République. « 
De peur d’être dessaisie de l’enquête, elle prend garde à ne pas laisser l’émotion altérer son jugement.
p. 50 :  » – C’est quand j’ai vu la photo sur son permis de conduire, expliqua l’inspectrice en chef Antigona Krestaj, que j’ai identifié le bibliothécaire ; trente ans avaient presque effacé son souvenir de ma mémoire. Et puis je l’appelais autrement. Je me rends compte maintenant que je n’ai jamais su son véritable  nom. « 
L’arme du crime, un katana japonais, n’est pas courant, ce qui complique l’enquête. Et puis, cet écrivain clandestin est le « nègre » du célèbre auteur David Morlans. Ebruiter cette affaire risque de compromettre la carrière de ce dernier. Des intérêts sont en jeu, et non des moindres !
p. 88 :  » N’oubliez pas que le nom de David Morlans apparaît soigneusement biffé dans le carnet d’adresses d’Alignac et, fait plus singulier, sur tous ses bouquins. Alors, vengeance d’écrivain ? « 
Cet écrivain impostueur va faire naître chez l’inspectrice des sentiments qui risquent d’entraver le bon déroulement de l’enquête.
« Jamais elle n’avait vécu un tel entre-choc de sentiments que lors de ce nez à nez avec David. « 
Prise en étau entre son cœur et sa raison, c’est aussi la collusion entre Antigone et Créon, entre le cœur et la raison, et cet état de fait risque de compromettre le professionnalisme de l’enquêtrice.
p. 256 :  » Pour la première fois, Antigona se rendit compte que l’étranger, le barbarece n’était pas seulement elle face à lui, mais que l’inverse était tout aussi vrai. « 
Mais l’enquête prend un tout autre tournant lorsque l’on retrouve l’attachée de presse de David Morlans – Iseult Chismon – morte suite à une overdose d’héroïne. Quel est le lien ? Qui avait intérêt à se débarrasser de ces deux personnes, liées à l’entourage de   l’écrivain ?
Sur fond d’intrigue rondement menée, Pascal Houmard nous plonge au cœur des services de police lausannois. Addictif, on s’attache aux personnages.  Le récit est agrémenté d’expressions locales, qui génèrent un réel dépaysement. Et ses jeux de mots ne sont que pur délice pour les amoureux de littérature ! Bref, une jolie écriture… et une pointe d’humour en adéquation totale avec l’univers de ce polar !

Les commentaires sont clôturés